Blog

Exilés fiscaux : un vrai faux problème ?

Posté par Marie-Françoise de Tassigny
Marie-Françoise de Tassigny
Marie-Françoise de Tassigny
Hors ligne
le dimanche, 01 avril 2012 dans Divers

TVA sociale, quotient familial, taxation des transactions financières, referendum, viande halal, refondation du traité de Schengen… Depuis plusieurs semaines, les candidats à la présidentielle se cherchent, quitte à se perdre. L’éventail des sujets abordés durant cette campagne aura été large. Très large ! Avec la désagréable sensation de n’avoir jamais réellement traiter des problèmes de fond. Quid de la dette publique ? Quid du surendettement de la France ? Quid du chômage ? Quid de la croissance ? Se contenter de retirer le mot « race » de l’article premier de la Constitution ou rajouter une énième loi pour placer le Web sous surveillance ne remettra pas notre pays sur la bonne voie. Celle de la reprise économique dont on tant besoin nos compatriotes. 

La tactique est connue. Faute de proposer de véritable solutions, quelle meilleure façon d’éviter le problème en le contournant. Dès lors, on stigmatise, on pointe du doigt. La stratégie est simple : diviser pour mieux régner… Il faut désigner un coupable, un bouc-émissaire de tous les maux de la société. On touche aux symboles, ceux qui marquent immédiatement les esprits. D’abord les chômeurs, puis les riches, enfin les Français résidant à l’étranger. Bref, tous les profiteurs…

Voilà. Comme une vieille rengaine, c’est donc au tour des exilés fiscaux d’être dans le collimateur des candidats à la présidentielle. Une fois encore, on agite des chiffons rouges, des muletas. Mais cette chasse aux sorcières ne fera pas vraiment avancer les choses ! Bien au contraire… 

Une tempête dans un verre d’eau…

Soit on taxe uniquement les revenus du capital ce qui concernerait une faible proportion des contribuables français dans le monde. « Cela représenterait quelques dizaines de millions d'euros de revenus pour les caisses de l'Etat (…) alors que la France doit trouver 20 milliards d'euros rapidement pour réduire ses déficits publics », dixit Christian Saint-Etienne, professeur à l'Université Paris-Dauphine. C’est comme annoncer avec perte et fracas une taxation à 75% au-dessus d’un revenu d’un million d’euros par an. Au final cela concernerait 0,01% des contribuables.   

Expatriés… ou exilés fiscaux ? 

Soit on lie effectivement la nationalité à la fiscalité, ce qui toucherait l’ensemble des expatriés et non pas seulement les exilés fiscaux. C’est un fait ! Le récent courrier électronique envoyé par l’UMP à 600’000 Français vivant à l'étranger afin de leur expliquer qu'ils n'étaient pas concernés par la mesure annoncée n’est pas pour rassurer et démontre d’une certaine improvisation… Car à vouloir séduire l’électorat de gauche tout azimut, le candidat de la majorité présidentielle est peut-être allé trop loin. La stigmatisation a ses limites… Un million de voix, celles des expatriés, cela compte dans les urnes ! 

N’oublions pas que 60% des Français en Suisse sont doubles-nationaux. Beaucoup n’hésiteront pas longtemps avant de rendre leur passeport. L’exemple des Etats-Unis est souvent donné en exemple par nos dirigeants politiques. N’oublient-ils pas de parler du revers de la médaille ? Le nombre de renonciation à la nationalité américaine a explosé chez les binationaux depuis 2009. En cause, la double imposition fiscale. 

Bref, cette surenchère est dangereuse ! Bien sûr, les exilés fiscaux où qu’ils soient (Luxembourg, Ile de Jersey, Belgique, Angleterre…) doivent eux-aussi participer à l’effort demandé à tous sans être ostracisés. En tant de crise, on est en droit d’attendre d’une fiscalité qu’elle soit juste et proportionnée pour soutenir l’effort collectif. « Mais ce n’est pas en raison des exilés fiscaux que la France n’arrive plus à créer des emplois, ou à produire, ou à soutenir son modèle social. C’est une nouvelle fois déplacer le problème et ne pas proposer de vraies solutions d’avenir », comme l’a rappelé François Bayrou. 

 

Marie-Françoise de Tassigny 

Candidate du Parti radical – centre droit aux législatives pour la Suisse et le Liechtenstein.

 

Mots clés : Aucun mot clé

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité lundi, 18 décembre 2017

Dernières infos

Le PLR Carouge est sur facebook


Pour tous ceux qui l’ignoreraient encore, le PLR Carouge a une page facebook.
Nous vous invitons à
« aimer cette page ».
Vous pourrez suivre l’actualité du parti
et partager vos soutiens sur le réseau social : https://www.facebook.com/Plr.Carouge.

2015 : à vos agendas !

Les prochaines élections communales auront lieu au printemps 2015, plus exactement le 19 avril 2015 pour les élections des conseils municipaux et premier tour de l’élection des exécutifs communaux, le 10 mai 2015 pour le second tour de l’élection des exécutifs communaux.

Le futur entre tes mains !


Pour la deuxième année, l’Etat de Genève veut inciter les jeunes à voter et user de leurs droits civiques. Il organise CinéCivic,un concours de film fait par des jeunes pour les jeunes. A Genève seuls 31% des 20-25 ans. C’est un enjeu capital. Les films en compétition sont d’ores et déjà à découvrir sur internet.


facebook