Blog

La parité politique: le chemin sera encore long!

Posté par Marie-Françoise de TASSIGNY
Marie-Françoise de TASSIGNY
Marie-Françoise de TASSIGNY
Hors ligne
le vendredi, 09 mars 2012 dans Divers

Marie-Angélique Duchemin, Clémence Royer, Marie Curie, Germaine Poinso-Chapuis, Simone Veil... Autant de femmes qui ont marqué l’Histoire de la France. Certaines sont évidemment plus connues que d’autres, mais elles ont toutes le mérite d’avoir été des pionnières. Chacune aura été la première dans son domaine d’activité, et c’est bien cela le plus mémorable.

 

La Journée Internationale des Droits des Femmes, plus communément appelée Journée de la Femme, est célébrée tous les ans le 8 mars, dans le monde entier. Pour rappel, elle a été officialisée par les Nations unies en 1977, invitant chaque pays de la planète à célébrer une journée pour les droits des femmes. En France, c’est en 1982 que le gouvernement socialiste a instauré le caractère officiel de cette célébration. Mais force est de constater que cette journée symbolique a perdu de son caractère protestataire du début...  Car on aura beau répéter chaque année que la condition de la femme n'évolue pas aussi vite qu'il le faudrait, les gestes seront toujours plus efficaces que les mots. Malheureusement, des paroles aux actes il y a un monde… d’hommes !

 

Aujourd’hui, le 8 mars « se contente » souvent d’un coup de projecteur pour dresser un bilan. C’est déjà cela me direz-vous ! Il nous permet de mettre en lumière la situation et la condition des femmes dans le monde : violence conjugale, mutilation sexuelle, mariage forcé, sexisme, harcèlement au travail…  Bien sûr, constater et condamner les inégalités entre les sexes est essentiel mais, sans revendiquer le statut de féministe acharnée, il est souvent laborieux de faire bouger les barricades. Difficile de faire évoluer les mœurs!

 

En France, le monde politique est aussi très loin de donner l’exemple… même s’il le prône ! Les femmes ont encore du mal à être investies aux élections, en dépit des pénalités. En 2011, les conseils généraux étaient toujours massivement masculins (à 87%). L’an passé, lors des cantonales, moins d'un candidat sur quatre était… une candidate. « La faute à la forte empreinte rurale de ces élections », selon les états-majors. Une excuse comme une autre ! Par expérience, les femmes politiques sont pourtant plus souvent citées en exemple pour leur vision et leur gestion pragmatique de la vie publique. Bref, on tourne en rond…

 

Malgré la première loi votée sur la parité en 2000, ce déficit de candidates se vérifie aussi dans les scrutins nationaux. À l'Assemblée comme au Sénat, les femmes ne représentent que 20% des parlementaires. Nous sommes loin du compte ! Les formations politiques qui ne respectent pas la parité aux législatives se voient pourtant amputés d'une part de leur dotation publique. Oui mais voilà, cette mesure ne semble pas vraiment contraindre l’ensemble des partis qui en font fi. La parité ? Juste un joli mot, un bel argument de vente électoral! Hors campagne, on écarte rapidement les femmes comme on cache la poussière sous le tapis ! Car comment justifier à un élu investi dans son mandat de rendre son tablier pour faire la place à une candidate imposée – ou parachutée – sur ordre des instances nationales ? Inimaginable…

 

Peu de femmes en position éligible et encore moins d'élues. En dix ans, la situation n'a guère évolué et la question semble même reléguée au second plan en période de crise économique. L’aviez-vous aussi remarqué ? Sans compter la sempiternelle rengaine : comment concilier engagement politique et vie de mère de famille ? Les partis politiques ont déjà la réponse : difficile, voire impossible !

 

Et la Suisse me direz-vous ? Pour mémoire, la Confédération helvétique n'a accordé le droit de vote et d'éligibilité aux femmes au niveau fédéral qu'en 1971. Elle est l'un des derniers pays occidentaux à avoir accordé ce droit aux femmes. Un rappel historique nécessaire car il explique bien souvent que les Suissesses soient encore sous-représentées dans les instances politiques. Cependant, loin d’être exemplaire, la Suisse a  rattrapé une partie de son retard. Avec 29% de femmes représentées dans son parlement, elle se classe à la 25e place du classement mondial de l'Union Interparlementaire. Mais le chemin sera encore long…

 

Au-delà des principes d'égalité, peu contestés officiellement, l'émergence des femmes dans la vie politique n'est donc pas si simple. La parité est inscrite sur le papier. C’est un droit ! Elle a le mérite d’exister et de nous laisser le temps de s’installer dans le paysage politique français. C’est un fait ! A nous de la gagner sur le terrain par nos compétences, dans une juste et saine compétition. A ce titre, la 6e circonscription des Français de l’étranger est un modèle du genre avec à ce jour sept candidates en lice.

 

 

Mots clés : Aucun mot clé

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité lundi, 18 décembre 2017

Dernières infos

Le PLR Carouge est sur facebook


Pour tous ceux qui l’ignoreraient encore, le PLR Carouge a une page facebook.
Nous vous invitons à
« aimer cette page ».
Vous pourrez suivre l’actualité du parti
et partager vos soutiens sur le réseau social : https://www.facebook.com/Plr.Carouge.

2015 : à vos agendas !

Les prochaines élections communales auront lieu au printemps 2015, plus exactement le 19 avril 2015 pour les élections des conseils municipaux et premier tour de l’élection des exécutifs communaux, le 10 mai 2015 pour le second tour de l’élection des exécutifs communaux.

Le futur entre tes mains !


Pour la deuxième année, l’Etat de Genève veut inciter les jeunes à voter et user de leurs droits civiques. Il organise CinéCivic,un concours de film fait par des jeunes pour les jeunes. A Genève seuls 31% des 20-25 ans. C’est un enjeu capital. Les films en compétition sont d’ores et déjà à découvrir sur internet.


facebook